Aller au sommaire de ce numéro de Tanbou/Tambour, Printemps 2007

Page d’accueil  |   Sommaire de ce numéro  |   Contribution de Texte et de Courrier: Editeurs@tanbou.com



Hommage à Paul Laraque /
Ochan pou Paul Laraque
Sa kite rete / Ce qui demeure

Jean-André Constant

yon vag lanmò depoze odè tete
ak lonbray gangans Marcelle
nan mitan maleng ou

il y a ton accord
avec tout le corps de la vie
désirée saine et humaine
il y a toi accroché
aux voix désaccordées
des exilés de la bêtise

se pa sèlman lapenn ou
nan simityè yon peyi
an somèy sou po do douvanjou

demeurent tes grands goûts
d’amour rouge pour le tout
des luttes aux grands desseins
comme les veines
de la liberté en conquête
ou le liquide sacré
de tes rives immortelles

wale ak yon moso solèy
ak tout lizay yon pèleren
kap fè lanmò filalang
sou zèl yon sèvolan grandoub

demeure le fil de tes nuits impossibles
dans la turbulence des îles agenouillées
et d’autres métaphores serties
dans le cynisme des grands voisins

wale ak kòlèt ou plen kòlè
ak yon koutodigo nan kè w
pou zago bèf kap fè akrèk
sou lestomak yon fanm
ki sanble ak yon zile
yon pitimi san gadò
yon kabrit lage nan yon rèv

restent tes rives ouvertes
y coulera tout le plasma
de ton amour
de tes amours
et les enfances nées de ton fleuve
y coulera tout le flot de ta course
vers la liberté en essence

ou rete tou kale
nan tout fant rèv libète

demeure l’essence
de ta poésie libre
en toute effervescence

tu demeures en essence

Jean-André Constant
Hartford, Connecticut
9 mars, 2007

Aller au sommaire de ce numéro de Tanbou/Tambour, Printemps 2007

Page d’accueil  |   Sommaire de ce numéro  |   Contribution de Texte et de Courrier: Editeurs@tanbou.com