Aller au sommaire de ce numéro de Tanbou/Tambour, Printemps 2007

Page d’accueil  |   Sommaire de ce numéro  |   Contribution de Texte et de Courrier: Editeurs@tanbou.com



Éditorial / Editorial / Editoryal
Pour célébrer la mémoire de Paul Laraque / To celebrate the memory of Paul Laraque / Pou selebre memwa Pòl Larak

—par Tontongi

Guide pour lire ce numéro spécial de Tanbou

N

ous consacrons ce numéro spécial de Tanbou à la mémoire de Paul Laraque qui a contribué un poème créole «Tanbou libète» et un essai français «Hommage à Jean Métellus» au tout premier numéro du journal publié au printemps de 1994.

Le premier des trois textes de moi publiés dans ce présent numéro de Tanbou, «La poésie comme “arme de combat”», a été publié pour la première fois en 1984 dans l’hebdomadaire Haïti-Progrès, en réponse à un article de Paul Laraque traitant du surréalisme et du communisme dans un précédent numéro du journal. Il m’a téléphoné une ou deux semaines après pour me remercier, disant qu’il en était fort ému. Quelques années plus tard, il m’a révélé que c’était la première fois qu’un critique lui ait jamais consacré un article d’envergure; cette particularité, qu’il répéta de temps à autre, deviendra à la suite la formule d’affection pour honorer notre amitié.

Le second texte, «Esquisse d’un regard sur Paul Laraque», est un profil inédit que j’avais écrit spécialement pour un livre collectif sur celui-ci qui réunissait des amis à lui. Le livre devait être servi comme un hommage à son énorme contribution aux lettres haïtiennes et à la cause de libération du peuple haïtien. Jean-Claude Charles était parmi les personnes en charge, et Jean Métellus y avait contribué une préface. Chaque contributeur devait envoyer une appréciation, un hommage ou une quelconque histoire pour ou regardant Paul Laraque, avec en plus un texte créatif propre de l’auteur. C’était une excellente initiative, excepté que le livre n’avait jamais vu le jour.

Et c’est bien dommage, puisque Paul avait beaucoup travaillé sur le livre, téléphonant personnellement chacun des contributeurs, compilant et même éditant pratiquement tout le livre au fur et à mesure que les textes arrivaient. L’idée des éditeurs du livre était de présenter un hommage collectif à Paul, pendant qu’il était encore en vie. Ils ont malheureusement et piteusement manqué le but. Paul avait lu le profil que je lui ai consacré et l’aimait beaucoup; j’espère qu’il plaise aussi aux lecteurs. Je l’ai laissé tel quel pour garder sa fidélité historique.

Le troisième texte est la reproduction d’un article que j’avais publié dans Haïti-en-marche comme un reportage sur un hommage à Paul Laraque que le Centre Rockefeller sur l’Amérique latine de l’Université Harvard, dans le Massachusetts, avait organisé en mai 2002 sous l’initiative de la professeur Jill Netchinsky. Paul étant en convalescence, on décidait de projeter un vidéofilm de lui que notre petit groupe (composé de Patrick Sylvain, Doumafis Lafontant, mon fils Jonah et moi-même) voyageait de Boston pour aller enregistrer chez lui à Flushing. En route, nous passions prendre la romancière Edwidge Danticat à son ancienne adresse à New Rochelle, heureuse de trouver l’occasion de visiter le grand poète. Éventuellement, les poètes Max Manigat, Denizé Lauture et Patrick Sylvain présentaient à la place de Paul. La vidéo montrait un Paul physiquement affaibli, mais mentalement fort.

Nous avons publié des textes de témoignages écrits par des amis et admirateurs de Paul Laraque dont Fritz Dossous, Hugues Saint-Fort, Jean André Constant, et un poème de son petit-fils Marc Arena, qu’il a lu à ses obsèques; d’autres suivront au fur et à mesure que nous les recevons. Nous avons aussi affiché les liens électroniques aux textes qui avaient été écrits par ou sur Paul Laraque et Franck Laraque et précédemment publiés dans Tanbou.

To celebrate the memory of Paul Laraque

It is with great sadness we have learned of the death of the great revolutionary poet Paul Laraque on March 8, 2007, at 5 am in New York City; he was 86 years old (September 21, 1920–March 8, 2007). He is survived by his children Max, Serge and Danielle, and his brother Franck Laraque, and many grandchildren and nephews and nieces.

One of the greatest poets of the twentieth and early twenty-first centuries, Paul Laraque united a beautiful and surrealist lyric poetry with political consciousness to «changer la vie.» For him poetry could be a “fighting weapon” on behalf of people struggling against class exploitation, foreign domination and cultural alienation, in the tradition of Jacques Roumain, Massillon Coicou, Louis Aragon, Nicolás Guillén, and Pablo Neruda.

Paul was one of the poets who welcomed Alisa and André Breton at Port-au-Prince airport during the Surrealist guru’s first visit to Haiti in December 1945. He left Haiti in 1961 for New York City, USA, where his wife Marcelle rejoined him the following year. Young officer in the Haitian army in the fifties, he published subversive poems under the pseudonym Jacques Lenoir. Paul was deprived of his Haitian citizenship from 1964 to 1986 for opposition to the Duvaliers’ dictatorship. He received Cuba’s Casa de las Americas Poetry Prize in 1979 for his work Les armes quotidiennes / Poésie quotidienne (“Everyday Weapons / Everyday Poetry”). His published works include, among others, Ce qui demeure (“What has remained”), Festibal (“Slingshot”), Camourade, Sòlda mawon (“Maroon Soldier”) and the anthology Œuvres incomplètes (“Incomplete Works”). He was co-editor (with Jack Hirschman) and one of the authors of Open Gate: An Anthology of Haitian Creole Poetry, Curbstone Press, 2001. With his brother Franck, he recently published the critical memoir, Haiti: entre la lutte et l’espoir (“Haiti: Between Struggle and Hope”), Edition Cidihca, 2004.

Besides his impressive and skillful handling of the French and Creole languages in his poems, we will retain from Paul Laraque an indomitable commitment to social justice and political liberation in ways that transcend specific historical conjunctures. He experienced political heartbreaks, including the dismantling of the Soviet Union and the unraveling of the Haitian popular movement, following the hopeful winds of 1986 and 1991, but he never showed signs of discouragement or despair. Until the very end he remained a champion of Haiti’s independence and the cause of political equality and human liberation in general. Until the very end he believed that Haiti will one day be beautiful and nurturing to its people again, liberated from foreign domination, and its people free from class exploitation. He will be missed.

Pou selebre memwa Pòl Larak

Se avèk tritès nou apran lanmò gran powèt revolisyonè ayisyen an Pòl Larak desede jounen 8 mas 2007 la, a 5 kè dimaten, nan vil Nouyòk, alaswit yon long maladi; misye te gen 86 zan (21 septanm 1920–8 mas 2007). Misye siviv pa twa pitit li Max, Sèj e Danyèl, e frè li Frank Larak, e plizyè pitit-pitit e neve ak nyès. Pòl se youn nan pi gran powèt ventyèm e venteinyèm syèk la ki mare yon pwezi ki alafwa lirik, bèl e sireyalis avèk yon konsyans politik pou «chanje lavi». Pou li pwezi ka tounen yon «zam de konba» bò kote pèp kap goumen yo kont esplwatasyon de klas, dominasyon etranje e alyenasyon kiltirèl, nan tradisyon Jacques Roumain, Massillon Coicou, Louis Aragon, Nicolas Guillén, Pablo Neruda, elatriye.

Pòl Larak te youn nan gwoup powèt ki te akeyi Alisa e André Breton nan aewopò Pòtoprens lan pandan vizit istorik chèf sireyalis la ann Ayiti an desanm 1945. Misye kite Ayiti pou Nouyòk an 1961, Ozetazini, kote madanm li Masèl te vin jwenn li ane apre a. Lè li te jèn ti ofisye nan Lame Dayiti nan ane senkant yo, li pibliye powèm sibvèsif anba ti non Jacques Lenoir. Gouvènman Papa Dòk la te wetire nasyonalite li de 1964 rive 1986 akoz de opozisyon li kont diktati a. Li resevwa Pri Casa de las Americas an 1979 a Kiba pou liv li Les armes quotidiennes / Poésie quotidienne, e li se otè, pami lòt, de Ce qui demeure, Fistibal, Oeuvres incomplètes, Camourade, Sòlda mawon / Soldat marron. Pòl se tou youn nan ko-editè (avèk Jack Hirschman) de liv bileng Open Gate : An Anthology of Haitian Creole Poetry («Louvri baryè: yon antoloji de pwezi kreyòl»Curbstone Press 2001). Li pibliye an 2003 La lutte et l’espoir (Edisyon Cidihca), yon memwa kritik li ko-ekri ansanm ak frè li Frank Larak.

Anplis de trè bèl izaj li fè de lang kreyòl ak lang franse a, de lang misye matonyen avèk yon kout plim rafine, imaj nou retni de Pòl Larak se imaj yon nonm ki inebranlab nan angajman li pou jistis sosyal ak liberasyon politik mas ayisyen yo, nan yon manyè ki transande konjonkti istorik espesifik yo. Misye te esperyanse anpil desepsyon politik kè mare, san retire abolisyon Linyon Sovyetik e demantibilasyon mouvman popilè ayisyen an aprè van lespwa ki te soufle an 1986 e 1991 yo, men li pa janm montre ankenn siy dekourajman, ni dezesperans. Misye rete jiskalafen yon chanpyon defansè endepandans Ayiti ansanm ak koz pou egalite politik e liberasyon moun an jeneral. Misye rete jiskalafen yon nonm ki gen konfyans Ayiti ap yon jou vin bèl e nourisan ankò pou pitit li yo, libere de dominasyon etranje, e pèp la libere de esplwatasyon de klas. Misye ap manke nou anpil.

—Tontongi editè anchèf

Aller au sommaire de ce numéro de Tanbou/Tambour, Printemps 2007

Page d’accueil  |   Sommaire de ce numéro  |   Contribution de Texte et de Courrier: Editeurs@tanbou.com