Aller au sommaire de ce numéro de Tanbou/Tambour, hiver 2011

Home page  |   Table of Contents  |   Send your writings and e-mail to: Editors@tanbou.com



Editorial / Éditorial/ Editoryal

English

The struggle for peoples’ liberation has lost three giants these past two years: Hugo Chavez, Nelson Mandela, and Amiri Baraka. In our previous issue, we had paid our respect to Chavez’s departure by republishing the poem of Michel Collon “Hugo Chavez is not dead, he has sowed hope, we are all Chavez! ”* ; and the reporting of the bon mot of Victorin Lurel, French minister of overseas departments representing the French government at Chavez’s funeral in Caracas, who said, “It’s a good thing for the world to have dictators like Chavez.”

In the current issue of the journal, Tontongi pays tribute to Nelson Mandela in the poem “The Passing of Genuine Glory” in which he says of Mandela, “you challenge the light to spread  / even in the darkest and deepest abyss.” It includes also a poem by Lenous Suprice in which he says: “you are the bright opening of an echo / in the vegetation of our voices / as alive as an untamed flame / in our struggles for a better light.”

Read also the excellent essay by Alain Saint Victor on Nelson Mandela: “The struggle is my life / The journey of the combatant”.

The readers are invited to enjoy Tontongi’s reportage-collage poem The Elevation of the Better Barack in memory of Baraka, a poem that mixes techniques of reportage, essay, poem and memoir.

The enormity of those leaders’ accomplishments makes us often forget that these giants are mortal like ourselves, but when they depart us we realize the great empty hole that their absence has caused, we realize the tremendous sacrifice they consented to make, we realize they had given all of themselves.

Français

La lutte pour la libération des peuples a perdu trois géants ces deux dernières années : Hugo Chavez, Nelson Mandela et Amiri Baraka. Dans notre précédente édition, nous avons rendu hommage au départ de Chavez en republiant le poème de Michel Collon « Hugo Chavez n’est pas mort, il a semé l’espoir, nous sommes tous Chavez ! » ; et un reportage du bon mot de Victorin Lurel, le ministre français des départements d’Outre-mer, représentant le gouvernement français aux funérailles de Chavez à Caracas, qui a dit : « Le monde gagnerait à avoir des dictateurs comme Chavez. ».

Dans la présente édition du journal, Tontongi rend hommage à Mandela dans le poème « Le trépas de l’authentique gloire » dans lequel il dit de Mandela : « tu demandes à la lumière de briller / même dans l’abîme le plus obscur et le plus profond. » Il y a aussi un poème de Lenous Suprice « Libération », dédié à la mémoire de Mandela, où il dit : « Tu es ouverture en clarté d’un écho / dans la végétation de nos voix / aussi vivante qu’une flamme indomptée / dans nos luttes pour un meilleur éclairage. »

Lire également l’excellent essai d’Alain Saint Victor sur Nelson Mandela : « La lutte est ma vie / Parcours du combattant ».

Les lecteurs sont invités à apprécier le poème-reportage-collage de Tontongi « L’Élévation de Amiri Baraka », un poème écrit à la mémoire de Baraka et qui mélange les techniques du reportage, de l’essai, du poème et du mémoire.

L’énormité de leurs accomplissements nous fait souvent oublier que ces géants sont des mortels comme nous, mais quand ils s’en vont, nous réalisons le grand vide que leur absence a causé, nous réalisons le grand sacrifice qu’ils ont consenti à faire, nous réalisons qu’ils avaient tout donné d’eux-mêmes.

Ayisyen

Lit pou liberasyon pèp yo pèdi twa kokennchenn gason de zane ki sot pase yo : Hugo Chavez, Nelson Mandela ak Amiri Baraka. Nan dènye edisyon jounal la, pou nou retire chapo nou devan lanmò Chavez, nou repibliye powèm Michel Collon an « Hugo Chavez pa mouri, misye seme lespwa, nou tout se Chavez ! » ; ansanm ak yon repòtaj sou bon ti mo Victorin Lurel, minis fransè pou depatman Lòtbò-dlo ki te reprezante gouvènman fransè a nan antèman Chavez nan Karakas, ki te di : « Lemonn t’ap genyen si le te gen plis diktatè kouwè Chavez. »

Nan edisyon koulyea jounal la, Tontongi rann omaj a Mandela nan powèm « Lanmò yon laglwa otantik », kote li di de Mandela :  « ou mande pou limyè a briye / menm nan nan labrim ki pi fonse e ki pi fon. » Li gen ladann tou yon powèm pa Lenous Suprice kote li di : « ou se louvèti klate yon eko / nan vejetasyon vwa nou / ki vivan tankou yon flam vanyan / nan goumen n yo pou yon limyè miyò. »

Li tou ekselan esè Alain Saint Victor a sou Nelson Mandela : « Lit la ap kontinye / Trajè yon konbatan ».

Nou envite lektè yo pou yo degiste powèm-repòtaj-kolaj Tontongi a « Elevasyon Amiri Baraka », yon powèm li ekri an memwa Baraka, ki melanje teknik repòtaj, esè, powèm ak memwa.

Grandè chal akonplisman michan gason sa yo fè nou souvan bliye jeyan sa yo se mòtel yo ye kou noumenm, men kan yo ale kite nou nou reyalize gwosè vid absans yo vin kite, nou reyalize pakèt sakrifis yo te konsanti pou yo fè, nou reyalize yo te ba nou tout yomenm.

—Tanbou/Tambour

* Tranlations of the quoted poems’ titles and lines are by us / La traduction des titres et lignes des poèmes est de nous / Se nou ki fè tradiksyon tit ak liy powèm yo.

Aller au sommaire de ce numéro de Tanbou/Tambour, hiver 2008

Tanbou Home Page  |  Table of Contents  |  Send your writings and your letters to: Editors@tanbou.com