Aller au sommaire de ce numéro de Tanbou/Tambour, Automne 2009

Page d’accueil  |   Sommaire de ce numéro  |   Contribution de Texte et de Courrier: Editeurs@tanbou.com



Éditorial I

Des fleurs pour Mercedes Sosa

C

omme nous bouclons cette édition de Tanbou nous avons appris avec grande peine la triste nouvelle de la mort de Mercedes Sosa survenue le dimanche 5 octobre à Buenos-Aires par suite des détériorations de la maladie du rein et du foie. Elle avait 74 ans.

“Guardian Of The Gate” by Johanna Baruch oil on panel, 28x36" / 2008). Reference: Galleria Florentia, European Fine Arts. Boston, MA. www.galleriaflorentia.com

Mercedes Sosa a été l’une des membres du mouvement musical qui préconise la « nouvelle chanson » en Amérique latine dans les années soixante et soixante-dix, utilisant sa musique et sa grande popularité au service des exploités, des pauvres et de la libération politique du tiers-monde en général, et de l’Amérique latine en particulier, dénonçant le joug de l’impérialisme et des bourgeoisies prédatrices.

Ses concerts ont été autant de moments de protestation contre la junte militaire fasciste qui gouvernait Argentine entre 1976 et 1983, aidant à la prise de conscience et participant à l’active résistance du peuple argentin contre les répressions de tout genre—censure, emprisonnement, exécutions sommaires, disparitions, etc.—qu’on a surnommées la « guerre sale » menées par la junte contre la nation argentine.

Dans un concert de Mercedes Sosa à Symphony Hall, à Boston en novembre 1995, où je me rendis pour la voir, j’ai été frappé par son charisme, par sa grande virtuosité musicale exprimée dans une voix à éclat lumineux et par sa solidarité inébranlable à la cause de la libération des nations et des peuples opprimés. Deux années plus tard, en écoutant l’un de ses disques au milieu de la nuit, elle m’a inspiré le poème créole « Lè m tande Mercedès Sosa » (« Quand j’écoute Mercedes Sosa ») publié dans notre précédente édition et reproduit ici en hommage à cette grande figure de la musique latino-américaine.

—Tontongi 6 octobre 2009

Lè m tande Mercedes Sosa

m tande Mercedes Sosa
ap chante melodi tan lontan,
tan pwezi jwenn avèk souvenans
sans souvenans odè pwason fri
odè swe swentay lanmou, lavi,
souvenans tan lapli k’ap tonbe,
bwatchenn desann e vètè k’ap siviv
ti jènjan k’ap jwe kat kè kontan,
plezi jwe ansanm youn ak lòt
plezi mizik, plezi machann k’ap vann
diri ak pwa, sèl, pwason fre aprèmidi,
plezi bèlte prentan, lajwa fanmi
k’ap mennen pitit yo nan fèt 18 me,
tansyon diskisyon anime ant jeklere,
lòt yo k’ap bat bravo pou Kastro
pou Che ki kraze mouda malfektè,
bravo pou Afrik k’ap pran lendepandans,
bravo pou travayè k’ap goumen
pou eksplwatasyon disparèt nan koze moun,
bravo pou yon lavi ki miyò,
bravo pou yon lòt lavi pou omoseksyèl
k’ap chache egalite liberasyon moun lib,
bravo pou tout moun k’ap soufwi.

m tande Mercedes Sosa
mwen jwi moman sa a mwen ye a
sa mwen ye, sa mwen vle, sa m espere,
jwi moman kri pou n ede lòt rele,
ede m rele! ede yo rele! kri, kri, kri
pou yo rele anmwe! pou yo fè sa ki bon,
sa yo vle se yon lòt rèv
yon lòt inivè sans jakorepèt
inivè san movèz entansyon!

m tande manmzèl Sosa
mwen tande plent rèl manman
rèl fanmi san lavi k’ap mande sekou
mwen tande diskou kont desounman
pwezi pou jeklere k’ap keksyone
kalvè kabrit nan pòtay labatwa,
diskou pou lanmou nan sen latè,
penetrasyon nanm lespwa,
vizyon pou demen tout timoun egare
vin rejwenn chimen delivrans inosans,
vizyon pou rajenisman ògàn k’ap vyeyi,
pou semans manje, mango, zaboka mi,
semans yon fwi sou lèv kè kontan.

m tande nègès-ginen Sosa
mwen wè espedesyon tontonmakout
nan fwaye viktim nan vèp jeremyèn
zenglendo ki detwi vilaj san remò ni regrè,
mwen wè silans nan kwen kay,
jènjan jènfi san orizon
pèp meprize yo lese nan malvi
malvi madyòk nan lanfè pèdisyon
pèdisyon nan sa kipat dwe la!

m tande mizik ou, tande vwa ou
sa fè mwen reve ak tout mèvèy nou vle
mwen santi rekreyasyon imanans bèl bagay,
yon mond mouvmante nan chanjman
k’ap pran direksyon redanmsyon
bò kote bèlte, layite rejwisans fyète
pou lavi kontinye chache mèvèy lapè.

San m tresayi lè m tande mizik ou,
jan nou voye kò n, jan nou anbrase lòt,
jan w fè kè nou kontan nan santiman inite,
santiman inyon òganik, solidarite kanmaradri,
bon sant lavi, bon sant lespwa, bon sant lajwa,
mèvèyman lanmou, lanmò ak letènite.

(Janvye 1997)

Aller au sommaire de ce numéro de Tanbou/Tambour, Automne 2009

Page d’accueil  |   Sommaire de ce numéro  |   Contribution de Texte et de Courrier: Editeurs@tanbou.com